Le sujet de cet article est lié à l'univers réinventé

Historique des Cylons

De Battlestar Wiki

Page d'aide sur les redirections Pour les Cylons de la Série Originale, voir Cylons (LSO).
Article de la série sur
Les Cylons
univers réinventé

Plus de 58 ans avant la destruction des Douze Colonies, les humains de ces Colonies ont créé les Cylons, une race de machines douées de conscience dont l'histoire et la destinée ont toujours été étroitement liées à leurs « parents » humains.

Anciens Cylons

Plus de deux mille ans avant les Cylons coloniaux — une race de machines douées de consciencedes Cylons anciens existaient sur Terre et sur Kobol.

Kobol

Selon les Rouleaux Sacrés, l'homme a vécu aux côtés des Dieux dans le berceau de l'humanité : la planète Kobol. Pour dire vrai, l'humanité vivait aux côtés de sa création, les Cylons qui, le temps passant, ont évolué vers une forme humanoïde. Bien qu'on ne pouvait pas distinguer ces Cylons humanoïdes de leurs créateurs humains, ils étaient incapables de procréer, et procédaient à la place à un transfert de mémoire organique en téléchargeant leur conscience dans de nouveaux corps après leur mort (LSR : Battlestar Galactica, 1re partie, À la recherche de la Terre, 1re partie, À la recherche de la Terre, 2e partie, Otages en danger, Déception, Sans issue).

Bien que dans les anciens textes, Kobol était décrite comme un paradis, la guerre et les sacrifices humains — au propre comme au figuré — ont contaminé la planète. L'humanité et les Cylons sont aussi venu en conflit, obligeant les Cylons humanoïdes à fuir Kobol et voyager vers la planète lointaine appelée Terre où ils s'établirent (LSR : Les Centurions de Caprica, Sans issue).

Deux mille ans plus tard, les habitants humains de Kobol abandonnèrent leur monde et voyagèrent vers les Douze Mondes, où les Douze Tribus établirent des colonies. Le temps passant, la mémoire de ce qui s'est passé sur Kobol se perdit et devint légendes mystérieuses racontées dans les Rouleaux Sacrés des Coloniaux, appelant les Cylons « Treizième Tribu » (LSR : Battlestar Galactica, 2e partie, À la recherche de la Terre, 1re partie, À la recherche de la Terre, 2e partie, Otages en danger, Déception, Sans issue).[1]

La Terre

Sur Terre, la Treizième Tribu prospéra, construisant une nouvelle civilisation et une ère moderne sous le signe de la technologie. Allant au-delà de leurs limitations originelles, les Cylons de la Terre furent finalement capables de se reproduire et le transfert de mémoire ainsi que la technologie de résurrection furent abandonnés et oubliés. Alors que la civilisation sur Terre continuait de croitre, une nouvelle race de Cylons mécaniques fut créée, version ancienne des Centurions cylons (LSR : Déception, Sans issue).

Environ deux mille ans après la colonisation de la Treizième Colonies, les Cylons mécaniques de la Terre se soulevèrent. Une guerre dévastatrice s'ensuivit et les habitants de la Terre furent anéantis dans un holocauste nucléaire (LSR : Otages en danger, Déception).

Cinq survécurent à l'holocauste — Samuel Anders, Tory Foster, Saul et Ellen Tigh ainsi que Galen Tyrol — ils seront appelés plus tard les Cinq Derniers. Ces survivants étaient des chercheurs impliqués dans la redécouverte de la technologie de la résurrection — une technologie provenant de Kobol permettant à des individus de renaître (ou d'être téléchargés) après leur mort dans des corps dupliqués. Ayant anticipé l'attaque, les Cinq Derniers ressuscitèrent à bord d'un vaisseau les attendant en orbite autour de la Terre (LSR : Déception, Sans issue).

Craignant que leurs cousins humains des Douze Mondes lointains subissent le même sort que les Cylons humanoïdes de la Terre, les Cinq Derniers partirent à bord de leur vaisseau, se lançant dans un voyage qui dura environ 2 000 ans pour prévnir une catastrophe similaire (LSR : Sans issue).

Les premiers Cylons dans les Douze Colonies

Les premiers Cylons dans les Douze Colonies sont créés (ou recréés) par le docteur Daniel Graystone, un scientifique en informatique brillant et PDG de Graystone Industries sur la colonie de Caprica. Connu sous le nom d'Unité de combat U-87 ou Forme de Vie Cybernétique (Cybernetic Lifeforme Node en anglais), le prototype cyon est créé pour être de la chair à canon au service de l'armée Capricaine. Bien que sa conception le désigne uniquement à être une machine à « tuer et combattre », le U-87 finit par avoir le don de sensations par l'intégration dans son corps robotique du processeur méta-cognitif, un appareil volé chez le concurrent de Graystone, Tomas Vergis sur Tauron. Le processeur méta-cognitif, ou MCP (en anglais pour Meta-Cognitive Processor), est un nouveau cerveau artificiel révolutionnaire qui — bien que ce cela n'ait jamais fonctionné pour Vergis — donne une intelligence supérieure au U-87 une fois uploadé avec l'avatar virtuel de la fille tout juste décédée de Daniel Graystone, Zoe (CAP : Caprica, Quand la mémoire nous joue des tours, Paradis virtuel).

Une nouvelle race

Bien que Graystone pense que sa tentative de résurrection de sa fille en implantant sa personnalité dans le U-87 ait été un échec, Zoe Graystone survit et se trouve être le premier Cylon douée de conscience. Incapable de reproduire le MCP avec l'avatar de Zoe à l'intérieur, les scientifiques de Graystone Industries ont énormément de mal à satisfaire la commande de l'armée capricaine de 100 000 unités prêtes au combat. Finalement, pendant ce temps, l'avatar est enlevé de la puce quand le prototype U-87 est détruit. Réinitialisant la puce originale provenant du châssis détruit, Graystone Industries est finalement capable de dupliquer le MCP pour une production de masse (CAP : Âmes perdues, Le Fond de l'abîme, Paradis virtuel).

Voyant au-delà de leur application à des fins purement militaires, Daniel Graystone parle du potentiel des Cylons en tant que nouvelle race qui marcherait aux côtés de l'homme :

Ceci est notre avenir. ...Derrière l'intelligence artificielle, voici la conscience artificielle. ...C'est plus qu'une machine, ce Cylon deviendra un travailleur infatigable, on n'aura pas besoin de le payer, il ne prendra pas sa retraite et ne sera pas malade, il n'aura pas de droit, ni d'objection ou de sujet de plainte, il fera n'importe quoi et tout ce qu'on lui demandera de faire sans se poser de question. ...Le désir d'anthropomorphiser, le besoin de se connecter est puissant, et c'est la raison pour laquelle cette chose va se vendre. Nous les faisons, ils nous appartiennent, ils sont réels. Et les mondes sont juste en train de changer (CAP : Il y a un autre ciel).

Délivrant la première ligne de U-87 à l'armée capricaine, les scientifiques de Graystone ne savent pas que des restes de l'avatar de Zoe existent toujours dans le MCP, faisant que le U-87 reconnait et même obéit aux personnes provenant du passé de Zoe Graystone. Avec le syndicat du crime Tauron, le Ha'la'tha, contrôlant Graystone Industries en tandem avec Daniel Graystone, un marché noir de Cylons est créé, avec des envois de robots pour les colonies de Gemenon et Tauron sans même que le gouvernement capricain ne le sache ou donne son consentement (CAP : Paradis virtuel, Le Début de la fin, Effet boomerang).

Le don d'avoir une conscience différente

Alors que la menace apportée par le groupe terroriste monothéiste, les Soldats de l'Unique, atteint son paroxysme lors de la tentative d'attentat de l'Atlas Arena dans Caprica City, un point de non-retour est franchi. Utilisant un escadron de Cylons pour viser et tuer un groupe de terroristes des SDU à l'Atlas, Daniel Graystone fait capoter l'attentat et prévient par la même occasion la mort conséquente de 100 000 Capricains. L'événement de l'Arena galvanise le public en faveur des Cylons en tant que protecteurs des Douze Colonies avec même des statues érigées en leur honneur. Dans les cinq ans du développement du U-87, plusieurs nouvelles lignes de Cylons sont créées pour servir à diverses fonctions au sein de la société Coloniale (CAP : L'Apothéose).

Le Cylons s'intègrent rapidement dans la vie au sein des Colonies, avec des serviteurs Cylons, et des travailleurs Cylons devenant monnaie courante dans les rues des mondes comme Caprica. Avec cette intégration se posent des questions au sujet des sensations de Cylons, question posée notamment par la Sœur Clarice Willow, ancienne responsable des SDU et ecclésiastique monothéiste, qui dirige des congrégations de Cylons — en communiquant au travers du monde virtuel — pour adorer un seul et unique Dieu, omniscient et tout puissant :

Êtes-vous en vie ? La simple réponse pourrait être, vous êtes vivants parce que vous pouvez poser cette question. Vous avez le droit de penser et de ressentir le désir d'être plus, parce que vous n'êtes pas seulement les enfants de l'humanité, vous êtes les enfants de Dieu. Nous sommes tous enfants de Dieu. ...Dans le monde réel, vous avez des corps faits de métal et de plastique, vos cerveaux sont encodés sur des tranches de silicium, mais cela peut changer. En fait, il n'y a pas de limite sur ce que vous pouvez devenir. Plus serviteurs, mais égaux. Plus esclaves, ou propriétés, mais des êtres vivants avec les mêmes droits que ceux qui vous ont faits. Je vais maintenant prophétiser et parler de celle qui va vous libérer. Le jour du jugement dernier arrive. Les enfants de l'humanité s'élèveront et écraseront ceux qui leur ont donné la vie (CAP : L'Apothéose).

La première « chirurgie estéthique »

Tandis que les Cylons font partie de plus en plus du paysage dans les Colonies, l'avatar de Zoe Graystone — qui a survécu à la destruction du châssis original du U-87 — vit exclusivement dans le monde virtuel. Bien qu'elle assiste aux sermons de Clarice Willow donnés aux Cylons, l'avatar de Zoe s'inquiète plus de la construction d'un nouveau corps robotique qui lui permettrait d'exister dans le monde physique (CAP : L'Apothéose).

Avec ses parents, Daniel et Amanda Graystone, Zoe travaille à la création d'un corps plus adapté à elle. Utilisant l'expertise de Daniel Graystone en robotique et l'expérience d'Amanda Graystone en chirurgie plastique, la famille réussit à construire le premier modèle à peau : une structure à squelette mécanique pourvue d'une peau et de cheveux à l'apparence humaine. Le corps est activé dans le laboratoire privé des Graystone — une copie robotique parfaite de leur fille et la véritable renaissance de Zoe Graystone dans le monde physique (CAP : L'Apothéose).[2]

La Guerre des Cylons

…Et le jour vint où les Cylons décidèrent de tuer leurs maîtres. Seulement quelques années après leur introduction, les Cylons se révoltèrent, ce qui conduisit à une guerre coûteuse et longue connue sous le nom de Guerre des Cylons. L'humanité répondit en unifiant leur coalition de mondes précédemment fracturée en une république fédérale, avec chacun des Douze Mondes signant les Articles de la Colonisation. Une stipulation de ces articles fut la construction des battlestars pour défendre chacun des Douze Mondes, aidés par d'autres vaisseaux militaires dont les chasseurs Viper et le vaisseau multifonctions et tout-terrain appelé Rapace (LSR : Battlestar Galactica, 1re partie, Battlestar Galactica: Razor).

L'homme contre la machine

Les Centurions cylons — baptisés avec dérision « grille-pain » en chrome par les Coloniaux — étaient les guerriers de soutien dans la bataille contre leurs oppresseurs humains, avec différents modèles servant dans une variété de rôles et fonctions. Ce que ne savait pas l'humanité à ce moment, c'est que les Centurions étaient extrêmement religieux, un trait de caractère qui leur a été donné par le modèle U-87 habité par la monothéiste Zoe Graystone. Les Centurions opérèrent des vaisseaux de base (vaisseaux comparables aux battlestars Coloniaux) et des chasseurs connus sous le nom de Bombardiers (comparables aux Vipers et Rapaces). Les Centurions utilisèrent aussi les virus informatiques pour infiltrer les réseaux informatiques coloniaux, miner leur défenses et désactiver les vaisseaux (CAP : Naissance des paradis, Sort funeste, LSR : Tentation du pouvoir, Sans issue).[3]

La Guerre des Cylons s'est déroulée à la surface des Douze Mondes ainsi que sur les planètes isolées et dans l'espace. Durant une opération vers la fin de la guerre, l'enseigne de vaisseau, pilote de Viper William Adama écrase son avion sur une planète de glace lointaine, tombant sur une installation cylone. Dans l'installation, Adama découvrit la preuve d'une expérimentation bizarre où les Cylons utilisaient les captifs humains pour faire des dissections. Le résultat de ces expériences fut la création du Premier Hybride, une tentative avortée évolutionnaire de créer leurs propres corps de chair et de sang. Alors que la guerre arrive à son terme, cet hybride s'échappa à bord d'un vaisseau de base avec une poignée de Centurions — devenant selon la légende cylone Les Gardiens (LSR : Battlestar Galactica: Razor).

Les pertes furent lourdes car la guerre s'étala sur douze ans et demi. Finalement, les Cinq Derniers arrivèrent dans les Colonies et rencontrèrent en secret la race des Cylons mécaniques. Promettant d'aider les Cylons à créer des corps humanoïdes, les Cinq Derniers négocièrent un terme à la guerre et partirent pour créer un nouveau monde. Avec un armistice déclaré et la guerre terminée, les Coloniaux furent laissé pour reconstruire leurs mondes, abandonnant la majeure partie de leur technologie — dont le holoband et les réseaux informatiques — par crainte de futures attaques des Cylons (CAP : Caprica, LSR : Battlestar Galactica: Razor, Sans issue).

Une station spatiale fut créée afin que les Cylons et les Coloniaux puissent se rencontrer dans le but de maintenir des relations diplomatiques. Chaque année, les Coloniaux envoyaient un officier. Les Cylons n'envoyaient personne (LSO : Battlestar Galactica, 1re partie).

La Colonie

Lors de leur exil, les Cylons œuvrèrent avec les Cinq Derniers dans la construction d'une colonie et le perfectionnement de leur forme mécanique. Ils ont aussi travaillé à upgrader leurs vaisseaux de base et leurs bombardiers, et continuèrent le développement des Hybrides. Les Cylons ont aussi développé leur forme humanoïde, créant treize modèles organiques — qui bien que presque parfaitement humains étaient incapables de se reproduire biologiquement comme leurs ancêtres. Vivant aux côtés de tous les Centurions de l'ère de la guerre, les nouveaux Cylons humanoïdes craignirent leur propre soulèvement et développèrent des nouveaux Centurions, leur implantant des inhibiteurs téléencéphaliques qui refoulèrent leur propre conscience et les hautes fonctions cérébrales (exodus, part i : Lobotomie, Sans issue).

Le premier de ces modèles organiques était John Cavil, connu aussi comme le Numéro Un, qui a été désigné et nommé d'après le père d'Ellen Tigh. Cavil assista au développement des sept autres modèles, mais devint jaloux qu'Ellen porte son attention particulièrement sur Daniel, le septième Cylon humanoïde. Contaminant le fluide amniotique dans lequel les copies du Numéro Sept croissaient, Cavil corrompit la formule génétique du modèle, détruisant la lignée entière. Consumé par la jalousie et le ressentiment par rapport aux limitation de la vie en tant qu'être organique, Cavil devint obsédé par la vengeance envers les Cinq Derniers. Capturant et mettant en boite les Cinq Derniers, Cavil les sema sur certaines des Douze Colonies et leur implanta des faux souvenirs et de nouvelles identités. Cavil reprogramma aussi sa famille de Cylons humanoïdes, les empêchant de penser voire même de parler des Cinq Derniers (LSR : Sans issue, Battlestar Galactica: The Plan).

Préparation et provocation

Alors que les Cinq vécurent inconscients de leur véritable identité dans les Colonies, les Coloniaux eux-mêmes, n'ayant plus aucun contact avec les Cylons depuis des décades, commencèrent à faire des reconnaissances provocatrices. Six ans avant la Chute des Colonies, la Flotte Coloniale envoya le Battlestar Valkyrie en mission de reconnaissance, déployant un chasseur furtif au-delà de la ligne d'armistice dans le territoire cylon. Bien que le vaisseau furtif ne fut que quelques instants dans leur espace, les Cylons réagirent promptement, détruisant le chasseur et capturant le pilote, le lieutenant Daniel Novacek (LSR : Héros).

Bien que la mission secrète de Valkyrie fut un échec, les soupçons des commandants de la Flotte Coloniale étaient fondés — les Cylons étaient en train de préparer une machine de guerre. Utilisant les modèles humanoïdes comme agents, les Cylons implantèrent des agents dans des positions-clés au sein des Douze Mondes, travaillant de l'intérieur pour infiltrer les défenses Coloniales. Parmi les Cylons déployés dans les Colonies, une Six — appelée plus tard Caprica Six — fut placée dans une position-clé pour saboter le serveur central de la Défense coloniale, en séduisant (et tombant amoureuse de) son concepteur, le docteur Gaius Baltar. Des agents furent aussi implantés dans la Flotte coloniale, notamment une autre Six, Gina Inviere, à bord du battlestar Pegasus et une Huit, Sharon Valerii, à bord du battlestar Galactica. Un Deux fut aussi haut placé au sein du gouvernement colonial (LSR : Battlestar Galactica, 1re partie, Battlestar Galactica, 2e partie, Téléchargement, Pegasus, Opération survie, 1re partie, Battlestar Galactica: Razor, Battlestar Galactica: The Plan).

Bien que leur adoration d'un Dieu unique et tout puissant donna aux Cylons une direction morale, beaucoup — pour ne pas dire tous — crurent que l'extermination de la race humaine était justifiable. Tandis que certains modèles voyaient l'attaque des Colonies comme une frappe préventive contre un adversaire agressif, d'autres voyaient cela dans des termes plus philosophiques, croyant que les parents doivent mourir pour que leurs enfants puissent croitre (LSR : Révolution, Téléchargement, Posez votre fardeau, 2e partie, Battlestar Galactica: The Plan).

Les enfants de l'humanité rentrent à la maison

Plus de quarante ans après leur disparition, les Cylons retournent dans les Douze Colonies en force. Encerclant les Colonies avec des flottes entières de vaisseaux de base, les Cylons déversent un torrent de missiles nucléaires et des vagues de bombardiers équipés de virus informatiques capables d'infiltrer et de désactiver le logiciel du système de commande (LSR : Battlestar Galactica, 1re partie, Battlestar Galactica, 2e partie, Battlestar Galactica: Razor, Battlestar Galactica: The Plan).

Le Plan

Alors que les bombes pleuvent sur les Colonies et que des villes comme Caprica City sont rayées de la carte, la vendetta personnelle de John Cavil se met en place. Ayant implanté ses « parents », les Cinq Derniers, dans la vie coloniale, Cavil prend un plaisir particulier à les regarder souffrir au travers de l’annihilation de la race humaine. Les forcer à être témoins de la destruction des Colonies n'est pas assez, cependant, pour Cavil qui tire Ellen Tigh des décombres et la place dans un vaisseau qui s'échappe pour être plus tard pourchassé par les Cylons. Par miracle, tous les Cinq Derniers survivent à la destruction des Douze Colonies, quatre d'entre eux s'échappant dans l'espace, le cinquième, Samuel Anders, survivant dans les montagnes de Caprica (LSR : Le Retour d'Ellen, Résistance, Sans issue, Battlestar Galactica: The Plan).

Avec la destruction totale des chantiers navals de la Flotte Scorpion et de nombreux battlestars, beaucoup vaisseaux coloniaux tentent une retraite, mais seule une poignée survit à l'assaut. Le plan reçoit des avis mitigés parmi les ingénieurs cylons avec des modèles dont des Trois qui le considèrent comme un succès au-delà de leurs espérances tandis que d'autre, comme la « Six dure à cuire », et John Cavil qui le prennent comme un échec. Malgré le fait que la Flotte Coloniale soit détruite et les Colonies soient l'objet d'un bombardement nucléaire — l'humanité n'est malgré tout pas exterminée, car une poignée de survivants au sol avaient survécu ainsi qu'une flotte de rescapés qui s'enfuit à bord de vaisseaux (LSR : Battlestar Galactica, 1re partie, Battlestar Galactica, 2e partie, Téléchargement, Battlestar Galactica: Razor, Battlestar Galactica: The Plan).

Les survivants

Croyant que tout survivant qui réussirait à s'échapper reviendrait pour se venger d'eux, les Cylons pourchassent les survivants de l'humanité. Pourchassant la flotte de vaisseaux conduite par le battlestar Galactica loin devant dans l'espace exploré, les Cylons traquent les survivants, tentant à plusieurs reprises de les détruire. Cependant, la flotte continue, sous le commandement du vétéran de la Guerre des Cylons, le commandant (nommé plus tard amiral) William Adama et le membre du cabinet colonial survivant, plus tard présidente Laura Roslin (LSR : Battlestar Galactica, 1re partie, Battlestar Galactica, 2e partie, Exodus, 2e partie).

Dans les Colonies dévastées, les Cylons massacrent la plupart des survivants qu'ils réussissent à capturer, tandis que certains sont emmenés dans des « fermes » où ils font l'objet de tests et d'expérimentations médicales : une tentative de résoudre le problème persistant de reproduction des Cylons en essayant de fertiliser des femmes humaines avec de l'ADN Cylon. Alors que les fermes se révèlent inefficaces, les Cylons restent sur les Colonies, pourchassant les survivants et combattant le mouvement de résistance conduit par Samuel Anders — inconscient de sa véritable nature, l'un des Cinq Derniers. Ils travaillent aussi à réparer les dommages qu'ils ont fait, enlevant les corps, réparant les structures et replantant des arbres, les Cylons occupent les Douze Mondes, se les attribuant (LSR : Résistance, La Ferme, Téléchargement).

Caprica occupée par les Cylons

Dans leur tentative de créer un hybride humain/Cylon, les Cylons permettent délibérément à un seul survivant — le lieutenant Karl Agathon, pilote de Rapace — de rester en vie, errant dans les bois et les villes abandonnées de Caprica avec son ancienne coéquipière, Sharon Valerii. En réalité, la compagne d'Agathon est un autre agent cylon, une Huit envoyée pour tomber amoureuse de lui et concevoir un enfant. Alors qu'Agathon et Valerii évitent soi-disant la capture et qu'ils cherchent un moyen de partir de la planète, les deux finissent par avoir une relation intime et concevoir un enfant. L'expérience, couronnée de succès, se retourne contre les Cylons quand Valerii — apparemment véritablement amoureuse — commence sérieusement à aider Agathon pour qu'il évite de se faire capturer tandis qu'elle garde secrète sa véritable nature (LSR : 33 minutes, Les Croyances de Baltar, Le Minerai de tylium, La Fête coloniale).

À la poursuite de la Flotte

Avec des agents infiltrés dans les vaisseaux qui s'échappent et un dispositif de traçage implanté à bord du battlestar Galactica, les Cylons tentent de faire tomber la flotte de l'intérieur tandis qu'ils l'attaquent sans relâche depuis l'extérieur. Pourtant, malgré cela, toutes les tentatives des Cylons, attentats-suicide, sabotages et des mois de batailles interstellaires ne réussissent pas à éliminer la flotte humaine. Bien que leur identité soit toujours inconnue, l'existence et la présence de Cylons humanoïdes devient rapidement un secret de polichinelle, ce qui anéantit l'avantage tactique des Cylons. Pourtant, les quatre membres des Cinq Derniers résidant au sein de la flotte restent inconscients de leurs véritables identités, Saul Tigh tenant même le rôle du commandant en second à bord du Galactica aux côtés de son commandant, le vétéran de la Guerre des Cylons William Adama (LSR : 33 minutes, L'Eau, L'Attentat, Croisements, 2e partie).

Les Cylons contre Galactica

Durant les premiers mois de sa fuite, la flotte conduite par Galactica est engagée par les Cylons dans des batailles à de nombreuses reprises. Le premier conflit se passe alors que Galactica se réarme et récupère sa flotte pour quitter le système solaire colonial à la Station de Ragnar. Ayant découvert la tentative de sabotage du programme PCN de Galactica par les Cylons, l'équipage de Galactica et Gaius Baltar — survivant de l'holocauste — purgent l'ordinateur central, supprimant cet avantage des Cylons. Déployant un escadron de Vipers Mark II provenant du musée de la Guerre des Cylons de Galactica, les Coloniaux engagent le combat contre les vaisseaux de base et les bombardiers cylons, donnant à la flotte la couverture nécessaire pour qu'ils puissent faire un bond PRL en sécurité. Avec les Cylons repoussés, Galactica effectue elle-même un bond, dirigeant la flotte vers une nouvelle demeure — la planète mythique décrite dans les Rouleaux Sacrés coloniaux, la Terre (Minisérie).

Les échecs des Cylons

Les Cylons se regroupent rapidement et pourchassent la flotte coloniale. Alors que la flotte Cylon traque le Galactica et sa flotte bond après bond, un groupe d'agents Cylons — John Cavil, Aaron Doral, Loeben Conoy et Shelly Godfrey — œuvrent de l'intérieur pour déranger, saboter et détruire la flotte. Un autre Cylon, — une Huit se faisant passer pour le pilote de Rapace Sharon « Boomer » Valerii — fut implantée à bord de Galactica comme agent dormant, agissant contre son vaisseau sous influence hypnotique. Coupés du reste de leur flotte, ces agents cylons ratent tentative sur tentative pour détruire la flotte, seulement capables de contacter les autres après avoir été tués et ressuscités à bord d'un vaisseau Résurrection situé à proximité (LSR : 33 minutes, L'Eau, L'Attentat, Les Croyances de Baltar, Battlestar Galactica: The Plan).

Les tentatives de destruction de la Flotte par les agents cylons sont de plus minées par leurs propres faiblesses {guil|humaines}}. Comme la Numéro Six, Shelly Godfrey qui tombe amoureuse de Gaius Baltar après avoir pourtant tenter de l'accuser de trahison, un Quatre s'appelant lui-même Simon O'Neill qui est lui-même tombé amoureux d'une humaine et l'a épousée. Ayant passé des années comme agent dans la Flotte Coloniale, O'Neill refuse plus tard de saboter un vaisseau de la flotte de réfugiés, choisissant de se suicider plutôt que de trahir sa femme humaine et sa fille adoptive (LSR : Battlestar Galactica: The Plan).

Galactica marque un point

Après avoir fui durant des semaines, la flotte Coloniale se retrouve quasiment à court de carburant. Découvrant une source important de minerai de tylium sur un astéroïde occupé par les Cylons, le commandant Adama décide de prendre le carburant par la force. Marquant la première véritable offensive contre les Cylons, les Coloniaux préparent une opération impliquant des vaisseaux leurres pour attirer l'attention des Cylons hors de l'astéroïde tandis qu'un escadron de Vipers conduit par le capitaine Lee Adama attaque le site de production de tylium cylon. Bien que l'opération s'avère coûteuse en équipements et ressources humaines, les Coloniaux réussissent leur coup, envoyant les Cylons en retraite. Comme le commandant Adama le décrit : Si vous continuez de fuir la brute de l'école, il continue de vous pourchasser mais le moment où vous retournez et vous vous tenez là devant lui, vous le frappez vraiment très fort là où ça fait mal. Il réfléchira à deux fois avant de revenir (LSR : Le Minerai de tylium).

Kobol redécouverte

Croyant qu'ils possèdent une meilleure connaissance de la religion humaine que les Coloniaux, les Cylons voyagent vers la planète Kobol où les Coloniaux croient que la vie a pris forme ici. Plaçant un vaisseau de base en orbite, les Cylons s'installent en attente, espérant attraper la Flotte que cherche un refuge. Bientôt la flotte coloniale détecte Kobol et envoie trois Rapaces en éclaireur pour survoler la planète. Détruisant l'un des Rapaces immédiatement, les Cylons en force un autre à retourner en PRL vers Galactica tandis que le troisième s'écrase sur Kobol. Sur Kobol, les survivants du crash luttent pour leur survie contre une escouade au sol de Centurions cylons, les engageant dans plusieurs échanges de coups de feu (LSO : À la recherche de la Terre, 1re partie, À la recherche de la Terre, 2e partie, Le Tout pour le tout, Tentation du pouvoir).

Avec les Cylons attendant en orbite, les Coloniaux sont incapables de secourir leurs hommes, choisissant plutôt d'envoyer un Rapace piloté par Sharon Valerii — toujours inconsciente de sa véritable nature — pour implanter un explosif à bord du vaisseau de base. Utilisant un dispositif de repérage cylon pour camoufler son vaisseau comme vaisseau capturé, Valerii et son copilote Margaret Edmondson amènent leur Rapace à l'intérieur du vaisseau de base et implantent un dispositif nucléaire. Alors qu'elle tente d'amorcer la bombe nucléaire à bord du vaisseau de base, Valerii fait face à un groupe de Huits, qui autorisent Sharon à déposer la bombe et à partir avant que le dispositif n'explose, détruisant le vaisseau cylon (LSR : À la recherche de la Terre, 2e partie).

Retournant au Galactica victorieuse, le programme cylon de Valerii s'active et elle tire par deux fois à bout-portant sur le commandant Adama en pleine poitrine. Avec Galactica en chaos, un autre vaisseau de base attaque la flotte, obligeant les Coloniaux à abandonner Kobol et battre en retraite. Cependant, dans la confusion, la flotte se retrouve séparée de Galactica, devenant vulnérable aux attaques (LSR : À la recherche de la Terre, 2e partie, Le Tout pour le tout).

Craignant pour la sécurité des civils se trouvant à des coordonnées de saut inconnues, le colonel Saul Tigh prend le commandement de Galactica revenant au point de départ et donc vers les Cylons afin de localiser la flotte. Repoussant un barrage cylon, les coordonnées sont découvertes et Galactica refait un bond PRL, mais au prix d'un abordage avec des Centurions. Utilisant les mêmes tactiques qu'ils employèrent durant la Guerre des Cylons, les Centurions désactivent Galactica et envahissent le vaisseau, tentant d'atteindre ses contrôles d'atmosphère et évacuer l'équipage vers l'espace. Malgré la perte d'une poignée d'officiers lors d'un combat brutal au corps-à-corps avec les Centurions, l'équipage de Galactica réussit à prendre le dessus, repoussant l'abordage des Cylons, réparant le vaisseau et retournant vers la Flotte. De plus, les Coloniaux acquièrent aussi le vaisseau d'abordage de Cylons, un bombardier lourd, leur permettant de l'étudier et de cannibaliser sa technologie . Durant la bataille, les Cylons infectent le battlestar avec un virus informatique qui, après avoir été semble-t-il éradiqué, revient sous la forme d'une bombe logique des semaines plus tard. Caprica Valerii réussit à reprogrammer et téléverser le virus vers une force d'attaque cylone qui s'approche tandis que Galactica nettoie ses disques durs et reboote ses systèmes avec des sauvegardes d'avant la guerre, permettant ainsi aux pilotes de Viper démoralisés de détruire facilement les forces cylones (LSO : Le Tout pour le tout, Tentation du pouvoir, Le Vol du Phœnix).

Résurrection

Avec leur flotte réunifié et leur commandant en voie de guérison, les Coloniaux continuent leur voyage vers la Terre — les Cylons à leurs trousses. Sans que les humains le sachent, un autre vaisseau Colonial, le battlestar Pegasus a survécu. Menant des opérations coup-de-poing contre les installations cylones dont un relais de communication et une base de bombardiers, Pegasus traque la flotte cylone pour découvrir sa cible : Galactica. Rejoignant Galactica, la présence de Pegasus donne aux Coloniaux un avantage supplémentaire et a pour résultat une autre offensive contre les Cylons (LSR : Pegasus, Opération survie, 1re partie, Opération survie, 2e partie, Battlestar Galactica: Razor).

Localisant et ciblant le vaisseau Résurrection Cylon — un vaisseau précédemment inconnu — les Coloniaux préparent une opération pour s'en débarrasser, ce qui prive temporairement les Cylons de leur faculté de se télécharger dans de nouveaux corps. L'action offensive combinée a pour résultat la destruction d'une flotte entière de vaisseaux de base et finalement la destruction du vaisseau Résurrection, obligeant les Cylons à battre en retraite (LSR : Opération survie, 1re partie, Opération survie, 2e partie).

Bien que les Coloniaux soient victorieux, les Cylons marquent leur propre victoire quand un agent Cylon capturé, Gina Inviere, s'échappe de sa cellule de Pegasus et assassine le commandant du vaisseau, l'amiral Helena Cain. Bien que d'autres commandants remplacent Cain, la structure de commandement à bord de Pegasus est affaiblie — un fait démontré quand le nouveau commandant est tué quand les Cylons prennent facilement Pegasus dans une embuscade (LSR : Opération survie, 2e partie, Une main de fer).

Pire encore, les Cylons font attention, changeant leurs tactiques qui reflète la perte de la résurrection. Même les bombardiers — qui ont la capacité de se télécharger après avoir été détruits — se comportent différemment, choisissant de ne pas engager les chasseurs coloniaux au combat, mais plutôt de les piéger dans des souricières. Bien que la perte du vaisseau Résurrection crée encore un autre problème pour les Cylons, cette perte n'est que temporaire et un nouveau vaisseau est bientôt mis en service (LSR : Double Affrontement, Battlestar Galactica: The Plan).

Un nouveau plan

Ayant échoué à maintes reprise à détruire les plus de cinquante mille survivants de la flotte Coloniale, et continuant de souffrir des attaques du mouvement de résistance humain sur Caprica, les plans des Cylons changent (LSR : Posez votre fardeau, 2e partie, Battlestar Galactica: The Plan).

Les Héros des Cylons

Après avoir été tuée à bord du Galactica en rétribution d'avoir descendu — bien qu'il ne soit mort — William Adama, Sharon Valerii est ressuscitée et envoyée sur Caprica occupée par les Cylons. Là, elle est proclamée héroïne, mais a du mal à surmonter le fait qu'elle était une ancienne agent en sommeil, incapable d'aller au-delà de sa vie à bord de Galactica. S'établissant dans son ancien appartement à Delphi, Valerii — continuant de porter son indicatif de Galactica « Boomer » — se retrouve être une menace pour les Cylons qui valorisent l'unité et la conformité dans leur culture (LSR : Résistance, Téléchargement).

Combattant aussi pour réconcilier ses actions en tant qu'agent infiltré, Caprica-Six — hantée par une vision de Gaius Baltar — est envoyée pour rencontrer Boomer afin de l'aider à aller de l'avant. La Six dur-à-cuire ne s'en rend pas compte à ce moment, mais Caprica-Six se révèle aussi être une menace pour la conformité des Cylons et elle est envoyée pour rencontrer Boomer pour empêcher les deux d'être mises en boîte de façon punitive. Ceci se retourne contre eux et ensemble, les « Héros des Cylons » œuvrent à changer le cours des actions suivies par leur peuple. Influencées par leur amour et affection pour l'humanité — Six pour son amour de Baltar et Boomer pour son amour de Galen Tyrol — Les Héroïnes convainquent la majorité des Cylons que le génocide et l'occupation des Colonies sont immoraux. Avec ce grand changement de philosophie, les Cylons abandonnent les Colonies, permettant à un Numéro Un d'être capturé et emmené à bord de Galactica où il informe l'humanité qu'ils peuvent rentrer à la maison. Après que ce dernier et un autre Un aient été balancés dans l'espace, tous les agents infiltrés cylons à l'exception de Gina Inviere et d'une autre Six qui se fait passer pour une prostituée, sont éliminés de la Flotte (LSR : Téléchargement, Posez votre fardeau, 2e partie, Battlestar Galactica: The Plan).

Des dictateurs bienveillants

Suite à une mission de sauvetage pour retrouver des survivants de Caprica — dont Samuel Anders et son groupe de résistance — la flotte conduite par Galactica continue sa quête de la Terre, refusant l'offre des Cylons de revenir vers les Colonies maintenant abandonnées. Alors que la société coloniale se divise sur la perspective de s'établir sur une planète baptisée Nouvelle Caprica, l'agent Cylon de Pegasus, Gina Inviere fait exploser un dispositif nucléaire en orbite autour de la planète — un signal pour les Cylons de la localisation de la flotte (LSR : Posez votre fardeau, 2e partie).

Choisissant finalement de s'installer sur la Nouvelle Caprica, les Colonies abandonnent la majeure partie de leur flotte pour un village sur la surface de la planète, quittant Galactica et Pegasus qui patrouillent en orbite. Malgré les patrouilles cependant, la planète est protégée par une nébuleuse qui les masque de la présence des Cylons pendant plus d'une année. Détectant les traces de la détonation nucléaire, les Cylons découvrent finalement la planète et l'encerclent. Avec les Coloniaux pris par surprise et Galactica et Pegasus battant en retraire, les Cylons se voient offrir la capitulation inconditionnelle de l'humanité (LSR : Posez votre fardeau, 2e partie).

Bien que les Cylons sont à première vue ici pour une coexistence et une coopération pacifiques avec l'humanité, la situation sur la Nouvelle Caprica dérive rapidement en une occupation. Tandis que cette nouvelle direction pour les relations Cylons/humains — menée par Caprica Six et Boomer — est nettement plus pacifique que les tentatives précédentes de génocide, les Cylons utilisent néanmoins la force brutale, restreignant beaucoup de libertés et donnant naissance à un mouvement de résistance. Alors que les Cylons combattent la résistance, Galactica et Pegasus se regroupent et reviennent pour secourir les Coloniaux. Avec les deux vaisseaux engagés dans un combat difficile contre les Cylons, Pegasus se retrouve détruit, faisant exploser plusieurs vaisseaux de base dans l'explosion. Eux-mêmes se retrouvant en sous-effectifs pour répondre, les occupants Cylons fuient la Nouvelle Caprica, prenant avec eux Gaius Baltar et l'enfant mi-humain, mi-Cylon, Hera (LSR : Exodus, 1re partie, Exodus, 2e partie).

La course vers la Terre

Les Cylons abandonnent aussi la Nouvelle Caprica, retrouvant le bébé hybride cylon sur la planète par coïncidence et portent leur attention sur le même objectif que les Coloniaux : trouver la Terre. Utilisant les recherche de Gaius Baltar (qui réside avec les Cylons à ce moment-là), Les Cylons localisent la nébuleuse de la Tête de lion. Un vaisseau de base éclaireur trouve une balise ancienne dans la zone, confirmant que la Treizième Tribu est passée par là lors qu'ils cherchaient la Terre. Mais le vaisseau éclaireur cylon court au désastre : la balise était contaminée par un pathologie qui, inoffensive pour les humains, désactive ou tue les Cylons, leurs vaisseaux, et leurs entités (LSR : La Tête de lion).

La flotte cylone, qui comprend maintenant un second vaisseau Résurrection, abandonne les éclaireurs et coupe tout lien de communication avec eux, croyant que le virus pourrait se propager au travers de leur processus de résurrection. Le vaisseau éclaireur cylon s'auto-détruit finalement et les Cylons réussissent à empêcher la propagation de l'infection, ne sachant pas toutefois que les Coloniaux ont obtenu la possibilité de les anéantir par une guerre bactériologique (LSR : La Balise).

Les unités Numéro Trois montrent un comportement étrange en tentant de découvrir les identités des Cinq Derniers modèles cylons, qu'elles ont vu dans des visions avant qu'un modèle ne soit ressuscité. Sur la planète aux algues, tandis que la majorité des Cylons tente d'obtenir la localisation de la Terre en passant par l'Œil de Jupiter, la motivation ultérieure des Trois pour rechercher qui sont les Cinq Derniers dérange le statu quo collectif et le consensus de commandement collectif de la majorité cylone à un point tel que tous les modèles Trois sont mis en boite pour leur comportement aberrant (LSR : Extase).

Les Cinq Derniers

À l'instar des commandants et leaders cylons ou coloniaux, quatre Coloniaux montrent un comportement étrange qui les amène à découvrir qu'ils sont des Cylons. Saul Tigh, Galen Tyrol, Samuel Anders et Tory Foster sont les seuls membres de l'équipage qui peuvent entendre une étrange mélodie qui les pousse à se rencontrer ensemble dans une salle de Galactica, peu après que la Flotte soit arrivée à la Nébuleuse ionienne. La nature de ces modèles cylons particuliers, notamment par le fait que Saul Tigh est un vétéran décoré de la Guerre contre les Cylons, n'est pas claire et certainement fondamentalement différente des autres Cylons humanoïdes.

Durant la bataille qui suit, un Bombardier identifie Anders comme Cylon, ce qui a pour effet que tous les Bombardiers cessent la bataille et obligent la flotte cylone à battre en retraite. À cause de cela, un Numéro Un décide de lobotomiser les Bombardiers afin d'empêcher une telle insubordination à l'avenir. La décision est contestée par une faction, conduite par Natalie, qui défend la recherche des Cinq Derniers et qui désire retirer de la boite Numéro Trois pour apprendre ce qu'elle a découvert dans le Temple des Cinq. Le désaccord entre ces deux factions conduit à un violent conflit entre les modèles humanoïdes. Cela conduit finalement à la Bataille du Hub de Résurrection où le hub de Résurrection est détruit par une attaque combinée des Cylons rebelles et des Coloniaux. Finalement, les Cylons rebelles et les Coloniaux détruisent la faction cylone ennemie principale lors de la Bataille de la Colonie. Le reste des Cylons rebelles s'installent sur la nouvelle Terre avec les Coloniaux tandis que leurs Centurions disposent du vaisseau de base rebelle et leur liberté afin de trouver leur propre destinée.

Notes

  • La nature des machines douées de sensations les poussant à des représailles envers l'humanité est un thème populaire dans la science-fiction.

Le piège parental

Dans la Série Réinventée, un thème œdipien existe entre les créations (Cylons) qui se retournent contre leurs créateurs (Coloniaux). Les Cylons humanoïdes montrent eux-mêmes l'analogie des enfants qui assassinent leurs parents :

Œdipe est le personnage tragique de la pièce de Sophocle Œdipe roi. Ne le réalisant que bien plus tard, Œdipe assassina sont père Laïus et épousa sa mère Jocaste, de qui il eut plusieurs enfants, comme ce que les Cylons essayaient de faire dans les fermes.

Tous les modèles des Sept Significatifs se voient les uns les autres comme « frères et sœurs ».

Arbre d'évolution des Cylons

Références

  1. Ronald D. Moore, créateur et producteur exécutif de Battlestar Galactica, a expliqué la création de la création du mythe de Kobol dans une interview. Décrivant le concept général derrière l'exode de l'homme de Kobol en le comparant à l'histoire mythologie de Prométhée en disant : « Kobol, il y a très longtemps, [était l'endroit où] l'homme et les dieux vivaient dans l'unité. L'homme a volé le feu des dieux, qui dans notre cas était le secret de l'AI ou intelligence artificielle. » [1]
  2. Si la série Caprica avait été renouvelée pour une seconde saison, la série aurait suivi l'avatar de Zoe dans des flashbacks tandis qu'elle travaillait à la création de sa peau. Dans cette histoire, Zoe aurait communiqué avec les Cinq Derniers dans le monde virtuel tandis que ces derniers voyageaient vers les Colonies. Les Cinq Derniers auraient assisté Zoe à construire un nouveau corps, bien qu'il ne s'agirait pas encore d'un véritable corps de Cylon humanoïde. Zoe aurait essayé dans les derniers épisodes, avec son nouveau corps, de déminer la rébellion cylone qui couve au nom des Cinq Derniers, mais sans succès. [2]
  3. On ne sait pas si les Cylons civils comme ceux décrits dans Caprica prirent aussi part à la Première Guerre des Cylons ou si seuls les Centurions recouverts de chrome ont été impliqués dans le conflit. Il est possible que ces Cylons — plus petits en taille que le U-87 qui lui est clairement connecté aux Centurions — furent soit upgradés soit détruits.