Le sujet de cet article est lié à l'univers réinventé

Différences entre versions de « Religion dans les Douze Colonies (RDM) »

De Battlestar Wiki
Ligne 68 : Ligne 68 :
  
 
== Pratique individuelle ==
 
== Pratique individuelle ==
 +
 +
Les Coloniaux offrent un large panel de pratique religieuse, allant de l'athéisme de [[Billy Keikeya]] {{cite|trs|home, part II|comma=t}} scène supprimée) à l'application littérale de ce qui est écrit dans les Rouleaux Sacrés du caporal [[Venner]].
 +
 +
Bien que cela ne soit clairement expliqué, il apparaît, d'après les informations glanées lors d'une [[cérémonie de consécration]] concernant [[Nicholas Tyrol]] et des prières de [[Kara Thrace]], que chaque Colonial est dédié, ou {{guil|placé au bons soins}} d'un Seigneur, voire de plusieurs. D'après la bénédiction de la cérémonie de consécration, Zeus est considéré comme étant {{guil|tout-puissant}} et au-delà des autres dieux, tandis que les autres Seigneurs sont invoqués par les Coloniaux en tant qu'intercesseurs auprès de Zeus.<ref>Cette pratique ressemble à la pratique catholique romaine qui consiste à prier Marie, mère de Jésus. Bien que Marie soit humaine, les croyants catholiques pensent que, en priant Marie, celle-ci pourra intercéder en leur faveur et obtenir l'exaucement de leur prière par la {{w|Trinité chrétienne}}, la tête divine de la foi catholique romaine</ref>
 +
 +
=== Artefacts ===
 +
 +
Malgré le climat fondamentaliste de Gemenon, la ville de [[Delphi]] sur [[Caprica (RDM)|Caprica]] avait apparemment en vue l'exposition d'un artefact religieux important, la [[flèche d'Apollo]], dans un [[Musée des Colonies de Delphi|musée]] plutôt que dans une institution dédiée {{cite|trs|Kobol's Last Gleaming, Part II}}.
 +
 +
Des temples anciens peuvent aussi être des lieux où se trouvent des artefacts spéciaux comme l'[[Œil de Jupiter]], qui soit disant se trouverait dans le légendaire [[Temple des Cinq]] {{cite|trs|rapture|the eye of jupiter}}.
 +
 +
=== Confession ===
  
 
== Références ==
 
== Références ==

Version du 23 avril 2020 à 13:56

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la religion des Colonies telle que vue dans l'univers réinventé. Pour la religion kobolienne de la Série Originale, voir Religion dans les Douze Colonies (LSO). Pour les différentes mythologies utilisées dans Battlestar Galactica, voir Références mythologiques.
Article de la série sur
les Douze Colonies de Kobol
Série Réinventée

La religion des Douze Colonies dominante, pratiquée par la majeure partie des personnes de façon sporadique ou continue, consiste en une foi polythéiste[1] avec une insistance très forte quant à la philosophie de l'Éternel retour. Il existe plusieurs variantes de cette foi, à la fois dans les croyances et les pratiques.

Origine

Une portion des Rouleaux Sacrés, et plus spécifiquement un extrait du Livre de la Pythie (LSR : En route pour Kobol, 2e partie)

L'aspect éternel retour entre les peuples de Kobol et la Terre suggère un parallèle ou origine inversée avec l'humanité comme un tout, ou bien la Treizième Tribu qui l'a certainement peuplée. Voir l'histoire des Douze Colonies pour plus de détails.

Pendant le mémorial qui suivit la fuite depuis la station de Ragnar (LSR : Battlestar Galactica, 2e partie), William Adama fait cette déclaration : « la vie ici a commencé là-bas »[2], rappelant à l'assemblée qu'il s'agissait de la première phrase des Rouleaux Sacrés, le fondement religieux principal de la foi coloniale, qui leur a été enseignée par les Seigneurs de Kobol il y a de cela bien des siècles.

Croyances

Les Seigneurs de Kobol

La religion Coloniale est centrée sur les Seigneurs de Kobol. Il existe au moins onze Seigneurs de Kobol :

Les Coloniaux semblent utiliser plusieurs noms pour appeler leurs seigneurs, confondant « Mars » pour « Ares », « Jupiter » pour « Zeus », etc.[4]

L'au-delà

Les croyants pensent qu'il iront parcourir les champs élyséens après la mort s'ils ont mené une vie juste (LSR : La Foi).[5]

Le paradis perdu

D'après les Rouleaux Sacrés, les dieux ont il y a longtemps partagé une existence quasi paradisiaque avec le peuple de Kobol. Plus tard, des circonstances forcèrent la population humaine de Kobol à s'exiler vers les Douze Colonies et la Terre et conduisirent au suicide d'Athena.

L'existence des Seigneurs de Kobol est attestée par la présence de nombre d'artéfacts antiques, comme la flèche d'Apollo, le tombeau d'Athena ainsi que les portes d'Hera. Cependant, bien qu'elle accepte leur authenticité historique, Caprica-Valerii, une Cylon, doute de leur divinité effective.[6]

Le dieu jaloux

Elosha déclare que l'exode de Kobol a été précipité quand « un dieu jaloux commença à vouloir s'élever au dessus des autres dieux, et c'est ainsi que la guerre su Kobol a débuté ». Ce dieu fut finalement séparé des autres.[7] Cette figure est peut-être liée à où être « Celui dont le nom ne peut pas être prononcé », et dont son temple a été découvert sur la planète aux algues (LSR : L'Œil de Jupiter).

Le Chemin de l'Olympe

Tom Zarek fait circuler à Laura Roslin et des disciples la nouvelle que le commandant William Adama a repris le commandement de Galactica après sa tentative d'assassinat en disant : « Zeus est retourné à l'Olympe » (LSR : La Ferme).[8] D'après le commentaire de Zarek, on peut supposer que la religion Coloniale semble reconnaître qu'il existe un lieu appelé Olympe. On ne sait pas par contre si l'Olympe était considérée comme la demeure des dieux dans un lieu physique spécifique ou bien métaphysique de Kobol étant donné qu'il n'y a pas d'autre mention de l'Olympe ailleurs. Si l'Olympe est un lieu métaphysique, ceci pourrait contredire le commentaire d'Elosha sur le fait que les dieux et l'humanité vivaient ensemble en harmonie.[9]

Autres noms de la mythologie dans la culture coloniale

Différents objets ont été identifiés et baptisés d'après les noms d'autres dieux et figures légendaires de leur foi, bien que ceux-ci n'aient pas été explicitement identifiés comme Seigneurs de Kobol.

Le cycle du temps

Tout ceci c'est déjà passé, et tout ceci se passera à nouveau.[10]

D'après Gaius Baltar, la citation de la prophétie de la Pythie est très connue (LSR : Le Minerai de tylium). Laura Roslin s'attarde plus en détail sur cette citation, rappelant à Kara Thrace :

Si vous croyez aux dieux, alors vous croyez dans le cycle du temps et que nous sommes tous en train d'accomplir notre part dans une histoire qui est racontée encore, encore et encore jusque dans l'éternité. (LSR : À la recherche de la Terre, 1re partie).

La sainteté de vie

D'après les Rouleaux sacrés, l'avortement est « une abomination aux yeux des Dieux ». Les habitants de Gemenon les plus fondamentalistes adhèrent strictement à ce commandement cependant, les Colonies plus séculières comme Caprica ne le suivent pas de façon aussi stricte : officiellement, la loi fédérale des Colonies garantit aux femmes le droit à l'avortement, du moins à l'époque de la Chute des Douze Colonies (LSR : Une main de fer).

Pratique individuelle

Les Coloniaux offrent un large panel de pratique religieuse, allant de l'athéisme de Billy Keikeya (LSR : En route pour Kobol, 2e partie, scène supprimée) à l'application littérale de ce qui est écrit dans les Rouleaux Sacrés du caporal Venner.

Bien que cela ne soit clairement expliqué, il apparaît, d'après les informations glanées lors d'une cérémonie de consécration concernant Nicholas Tyrol et des prières de Kara Thrace, que chaque Colonial est dédié, ou « placé au bons soins » d'un Seigneur, voire de plusieurs. D'après la bénédiction de la cérémonie de consécration, Zeus est considéré comme étant « tout-puissant » et au-delà des autres dieux, tandis que les autres Seigneurs sont invoqués par les Coloniaux en tant qu'intercesseurs auprès de Zeus.[11]

Artefacts

Malgré le climat fondamentaliste de Gemenon, la ville de Delphi sur Caprica avait apparemment en vue l'exposition d'un artefact religieux important, la flèche d'Apollo, dans un musée plutôt que dans une institution dédiée (LSR : À la recherche de la Terre, 2e partie).

Des temples anciens peuvent aussi être des lieux où se trouvent des artefacts spéciaux comme l'Œil de Jupiter, qui soit disant se trouverait dans le légendaire Temple des Cinq (LSR : Extase, L'Œil de Jupiter).

Confession

Références

  1. Les divinités Coloniales ressemblent aux dieux de l'Olympe de la mythologie grecque du monde réel.
  2. Cette réplique est un hommage à la Série Originale, dans laquelle chaque épisode (dans la V.O.) débutait en voix-off par cette phrase. La version française de la Série Originale a un texte totalement différent à l'exception du pilote.
  3. Aurore est la contrepartie romaine de la déesse grecque Éos, l'une des Titanides. Étant donné que les Seigneurs de Kobol sont calqués sur le canon olympien cependant, ceci pourrait indiquer qu'elle ne fait pas partie des Seigneurs, mais qu'elle appartient à un autre groupe de divinités.
  4. Curieusement, Laura Roslin mentionne que le 134e jour de l'occupation cylone de la Nouvelle Caprica est le jour de Mars (LSR : Mission suicide), suggérant que Ares peut être aussi appelé selon le nom du panthéon romain. Cela se produit une nouvelle fois dans Le Passage lorsque Zeus est appelé du nom de sa contrepartie romaine.
  5. Il s'agit d'un parallèle direct avec les Champs Élysées de la mythologie grecque, une partie du royaume des morts correspondant aux « cieux ». L'image d'un ferry traversant un fleuve est aussi un parallèle au Styx.
  6. Il y a une notion dans les cercles des fans qu'il existe douze seigneurs de Kobol en analogie aux douze modèles cylons, aux Douze Colonies et peut-être même aux douze dieux de l'Olympe de la mythologie grecque. Un post dans le blog de Ron D. Moore du 12 mars 2005 fait vaguement référence à cette coïncidence, mais il n'y a pas eu de source officielle supplémentaire à ce sujet.
  7. D'après une scène supprimée de À la recherche de la Terre, 1re partie.
  8. Dans la mythologie grecque, la demeure des dieux sur Terre se trouvait dans les plus hautes montagnes de Grèce, le mont Olympe, à des temps où l'ascension de la montagne était quasiment impossible avec les moyens technologiques de l'époque.
  9. D'un autre côté, selon le poème grec ancien Théogonie de Hésiode, les dieux vivaient ensemble avec l'humanité jusqu'à la ruse de Prométhée à Mékoné, suite à laquelle ils demeurèrent exclusivement sur le mont Olympe et les humains exclusivement sur la Terre. Il se peut alors qu'un certaine transgression a fait que les Seigneurs de Kobol et l'humanité on pris des chemins différents.
  10. Lors d'une brève allocution avant la projection de De chair et de sang, Ron Moore révéla qu'il a « piqué » cette ligne dans la présentation de la version animée Disney de Peter Pan (présentation 1re partie et 2e partie).
  11. Cette pratique ressemble à la pratique catholique romaine qui consiste à prier Marie, mère de Jésus. Bien que Marie soit humaine, les croyants catholiques pensent que, en priant Marie, celle-ci pourra intercéder en leur faveur et obtenir l'exaucement de leur prière par la Trinité chrétienne, la tête divine de la foi catholique romaine