Le sujet de cet article est lié à l'univers réinventé

Religion dans les Douze Colonies (RDM)

De Battlestar Wiki

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la religion des Colonies telle que vue dans l'univers réinventé. Pour la religion kobolienne de la Série Originale, voir Religion dans les Douze Colonies (LSO). Pour les différentes mythologies utilisées dans Battlestar Galactica, voir Références mythologiques.
Article de la série sur
les Douze Colonies de Kobol
Série Réinventée

La religion des Douze Colonies dominante, pratiquée par la majeure partie des personnes de façon sporadique ou continue, consiste en une foi polythéiste[1] avec une insistance très forte quant à la philosophie de l'Éternel retour. Il existe plusieurs variantes de cette foi, à la fois dans les croyances et les pratiques.

Origine

Une portion des Rouleaux Sacrés, et plus spécifiquement un extrait du Livre de la Pythie (LSR : En route pour Kobol, 2e partie)

L'aspect éternel retour entre les peuples de Kobol et la Terre suggère un parallèle ou origine inversée avec l'humanité comme un tout, ou bien la Treizième Tribu qui l'a certainement peuplée. Voir l'histoire des Douze Colonies pour plus de détails.

Pendant le mémorial qui suivit la fuite depuis la station de Ragnar (LSR : Battlestar Galactica, 2e partie), William Adama fait cette déclaration : « la vie ici a commencé là-bas »[2], rappelant à l'assemblée qu'il s'agissait de la première phrase des Rouleaux Sacrés, le fondement religieux principal de la foi coloniale, qui leur a été enseignée par les Seigneurs de Kobol il y a de cela bien des siècles.

Croyances

Les Seigneurs de Kobol

La religion Coloniale est centrée sur les Seigneurs de Kobol. Il existe au moins onze Seigneurs de Kobol :

Les Coloniaux semblent utiliser plusieurs noms pour appeler leurs seigneurs, confondant « Mars » pour « Ares », « Jupiter » pour « Zeus », etc.[4]

L'au-delà

Les croyants pensent qu'il iront parcourir les champs élyséens après la mort s'ils ont mené une vie juste (LSR : La Foi).[5]

Le paradis perdu

D'après les Rouleaux Sacrés, les dieux ont il y a longtemps partagé une existence quasi paradisiaque avec le peuple de Kobol. Plus tard, des circonstances forcèrent la population humaine de Kobol à s'exiler vers les Douze Colonies et la Terre et conduisirent au suicide d'Athena.

L'existence des Seigneurs de Kobol est attestée par la présence de nombre d'artéfacts antiques, comme la flèche d'Apollo, le tombeau d'Athena ainsi que les portes d'Hera. Cependant, bien qu'elle accepte leur authenticité historique, Caprica-Valerii, une Cylon, doute de leur divinité effective.[6]

Le dieu jaloux

Elosha déclare que l'exode de Kobol a été précipité quand « un dieu jaloux commença à vouloir s'élever au dessus des autres dieux, et c'est ainsi que la guerre su Kobol a débuté ». Ce dieu fut finalement séparé des autres.[7] Cette figure est peut-être liée à où être « Celui dont le nom ne peut pas être prononcé », et dont son temple a été découvert sur la planète aux algues (LSR : L'Œil de Jupiter).

Le Chemin de l'Olympe

Tom Zarek fait circuler à Laura Roslin et des disciples la nouvelle que le commandant William Adama a repris le commandement de Galactica après sa tentative d'assassinat en disant : « Zeus est retourné à l'Olympe » (LSR : La Ferme).[8] D'après le commentaire de Zarek, on peut supposer que la religion Coloniale semble reconnaître qu'il existe un lieu appelé Olympe. On ne sait pas par contre si l'Olympe était considérée comme la demeure des dieux dans un lieu physique spécifique ou bien métaphysique de Kobol étant donné qu'il n'y a pas d'autre mention de l'Olympe ailleurs. Si l'Olympe est un lieu métaphysique, ceci pourrait contredire le commentaire d'Elosha sur le fait que les dieux et l'humanité vivaient ensemble en harmonie.[9]

Autres noms de la mythologie dans la culture coloniale

Différents objets ont été identifiés et baptisés d'après les noms d'autres dieux et figures légendaires de leur foi, bien que ceux-ci n'aient pas été explicitement identifiés comme Seigneurs de Kobol.

Le cycle du temps

Tout ceci c'est déjà passé, et tout ceci se passera à nouveau.[10]

D'après Gaius Baltar, la citation de la prophétie de la Pythie est très connue (LSR : Le Minerai de tylium). Laura Roslin s'attarde plus en détail sur cette citation, rappelant à Kara Thrace :

Si vous croyez aux dieux, alors vous croyez dans le cycle du temps et que nous sommes tous en train d'accomplir notre part dans une histoire qui est racontée encore, encore et encore jusque dans l'éternité. (LSR : À la recherche de la Terre, 1re partie).

La sainteté de vie

D'après les Rouleaux sacrés, l'avortement est « une abomination aux yeux des Dieux ». Les habitants de Gemenon les plus fondamentalistes adhèrent strictement à ce commandement cependant, les Colonies plus séculières comme Caprica ne le suivent pas de façon aussi stricte : officiellement, la loi fédérale des Colonies garantit aux femmes le droit à l'avortement, du moins à l'époque de la Chute des Douze Colonies (LSR : Une main de fer).

Pratique individuelle

Les Coloniaux offrent un large panel de pratique religieuse, allant de l'athéisme de Billy Keikeya (LSR : En route pour Kobol, 2e partie, scène supprimée) à l'application littérale de ce qui est écrit dans les Rouleaux Sacrés du caporal Venner.

Bien que cela ne soit clairement expliqué, il apparaît, d'après les informations glanées lors d'une cérémonie de consécration concernant Nicholas Tyrol et des prières de Kara Thrace, que chaque Colonial est dédié, ou « placé au bons soins » d'un Seigneur, voire de plusieurs. D'après la bénédiction de la cérémonie de consécration, Zeus est considéré comme étant « tout-puissant » et au-delà des autres dieux, tandis que les autres Seigneurs sont invoqués par les Coloniaux en tant qu'intercesseurs auprès de Zeus.[11]

Artefacts

Malgré le climat fondamentaliste de Gemenon, la ville de Delphi sur Caprica avait apparemment en vue l'exposition d'un artefact religieux important, la flèche d'Apollo, dans un musée plutôt que dans une institution dédiée (LSR : À la recherche de la Terre, 2e partie).

Des temples anciens peuvent aussi être des lieux où se trouvent des artefacts spéciaux comme l'Œil de Jupiter, qui soit disant se trouverait dans le légendaire Temple des Cinq (LSR : Extase, L'Œil de Jupiter).

Confession

Certaines sectes de la religion coloniale exercent le principe de l'absolution des péchés par la confession. Les Frères, et très certainement aussi les prêtres, pouvaient entendre les confessions comme l'a démontré le Frère Cavil qui accepta d'entendre la confession d'Anders (LSR : Battlestar Galactica: The Plan). On ne sait pas si la pratique était élargie à l'ensemble de la religion Coloniale ou seulement limitée à certaines sectes.

Une confession commence en ces termes : « Bénissez-moi, Frère, car j'ai agi contre l'exemple des Dieux. » Le frère ou le prêtre dira alors « Procédez au nom des Dieux » et, après avoir entendu la confession, conclura en disant « Vous êtes absous dans l'exemple des Dieux. »

Tenues

Comme remarqué par les différents séparatistes en orbite autour de Kobol (LSR : En route pour Kobol, 2e partie), il apparaît que beaucoup de Coloniaux ont des tenues qui semblent définir une différence religieuse. Notamment, un homme âgé portant une barbe blanche, est habillé en robe simple colorée et est coiffé d'un couvre-chef rond et plat.[12] D'autres styles de tenues distinctifs des autres personnes présentes amplifient la notion d'implication dans la religion au sein du peuple de Gemenon (qui semble composer la majeure partie des séparatistes de Roslin).

L'oracle Dodona Selloi est habillée d'une tunique et coiffée d'un turban suggérant qu'elle a un rôle spécifique dans la société coloniale ou bien dans sa hiérarchie religieuse (LSR : Exodus, 1re partie).

Idoles

Des figurines d'Artemis et Aphrodite tenues par Kara Thrace (LSR : De chair et de sang)

Kara Thrace, une dévouée à Artemis et Aphrodite, les prie de la part de Leoben Conoy en utilisant des figurines qui portent une similitude aux représentations classiques d'Artemis et Athena. Artemis est représentée avec un arc et une flèche, Athena avec son casque de guerre (LSR : De chair et de sang).

Lorsqu'elle rend visite à l'oracle Yolanda Brenn, Thrace recoit une figurine de la déesse Aurora comme présent (LSR : Ouragan).

Prières

Un groupe de prière de l'Astral Queen (LSR : La Ferme)

Certains prisonniers sur l'Astral Queen cherchant à être réhabilités ont formé un groupe de prière. Ils accueillent Laura Roslin qui les bénit en retour (LSR : La Ferme).

La prêtresse Elosha chante une prière de groupe lors du service pour les morts lors que la Flotte a réussi à s'échapper de la première attaque des Cylons (LSR : Battlestar Galactica, 2e partie).[13] La prêtresse fait aussi une prière après que les troupes du commandant Adama aient abordé Colonial Un pour démettre Roslin de ses fonctions (LSR : À la recherche de la Terre, 2e partie).

Un chapelain a fait une simple prière lors des funéraille de Zak Adama, deux ans avant la chute des Colonies (LSR : Confession).[14] :

Les fardeaux de cette vie sont avec nous pour peu de temps. Pour le lieutenant Zak Adama, fils de William et Carolanne Adama, frère de Lee, le temps était trop court, mais nous nous réconfortons de savoir que sa vie a été donnée volontairement en service pour nous tous. Nous les honorons pour cela. Et par conséquent, il nous faut nous repentir de nos péchés et avec l'aide des Seigneurs de Kobol, rendre nos vies dignes de ce don. Et maintenant, nous remettons son corps à la terre de laquelle nous avons tous été formés.

Le caporal Venner demande à Laura Roslin de se joindre à lui pour faire une simple prière alors que Galactica est attaquée en tentant désespérément de retrouver sa Flotte (LSR : Le Tout pour le tout).

(À Roslin) Voulez-vous prier avec moi ? (il commence) Aidez-nous, Seigneurs de Kobol, Aidez votre prophète Laura à nous guider sur le chemin de la justice. Afin que nous puissions — que nous puissions détruire nos ennemis. Que nous marchions dans le chemin de la justice et et que nous élevions nos faces jusqu'à votre bonté. Aidez-nous à nous détourner des appels des méchants et montrea-nous la connaissance de votre salut certain. Nous offrons cette prière.

Des prières sont aussi vues pendant l'occupation de la Nouvelle Caprica dans un temple où les prières sont écrites puis brûlées devant une idole (Battlestar Galactica: The Resistance), et par Kara Thrace (LSR : Battlestar Galactica, 2e partie, De chair et de sang).

Chapelets

Le chapelet du caporal Venner (LSR : Tentation du pouvoir)

Lorsque Laura Roslin commence à souffrir de la privation du chamalla dans la prison de Galactica, le caporal Venner, un Geminien, agrippe anxieusement un chapelet de prière en perles blanches (LSR : Tentation du pouvoir).

Temples

Nora et Cally Tyrol prient dans un temple sur la Nouvelle Caprica (LSR : Battlestar Galactica: The Resistance, webisode n°4).

Les temples étaient peut-être des endroits plus aménagés dans les Douze Colonies, mais il est possible que les survivants de l'humanité aient utilisé tout espace qu'ils ont pu trouver dans leurs vaisseaux pour en faire un temple de base. Comme vu sur la Nouvelle Caprica, un temple de base peut être constitué d'un simple autel avec des cierges, des idoles des Seigneurs de Kobol, et les maigres offrandes que les Coloniaux peuvent offrir comme dîme. Certaines prières sont écrites sur du papier puis brûlées (LSR : Battlestar Galactica: The Resistance).

Le temple sur la Nouvelle Caprica s'appelait le Temple d'Artemis (LSR : Le Cercle), suggérant que les temples sont dédiés à un ou plusieurs Seigneurs, et peut être lié à la dédicace des Coloniaux à un ou plusieurs Seigneurs lors de leur cérémonie de dédicace.

Un temple arrangé de la même manière se trouve dans le camps d'un oracle (LSR : Ouragan).

Une salle utilisée pour des services religieux à bord de Galactica est considérée comme un temple (LSR : La Fuite).

Croyances des Sagittarons

Les croyances des Sagittarons sont plus anachroniques que celles des Geminiens, croyant que l'esprit et le corps sont des mythes et que la médecine est « une abomination, un péché contre les Dieux ». Les Sagittarons accusent aussi les physiciens de répandre des maladies à cause de leur ignorance concernant le « mythe » susmentionné du corps et de l'esprit. Par tradition, ils ne croient pas à la violence, au point qu'ils n'ont même pas aidé la Résistance de la Nouvelle Caprica dans leur combat contre l'occupation des Cylons sur la Nouvelle Caprica (LSR : Les Sagitarrons).

Croyances des autres minorités

Une petite minorité des Coloniaux étaient secrètement monothéistes. Bien qu'il ne soit pas clair qu'une telle adoration était toujours en pratique dans les temps coloniaux modernes au moment de l'holocauste cylon, un temple inhabituel trouvé sur planète lointaine suggère que le monothéisme était très répandu dans la Treizième Tribu.

Après le Deuxième Exode, Gaius Baltar fonde plus tard une secte monothéiste qui se trouve en conflit avec les fois établies. La foi de Baltar se transforme en un conflit direct et violent avec les Fils d'Ares ainsi qu'avec les polythéistes coloniaux en général. Le mithraïsme fait aussi partie des pratiques (LSR : La Fuite).

Le Clergé

Les corps religieux et gouvernementaux des Douze Colonies œuvrent ensemble. Cette association est probablement basée sur l'homogénéité religieuse des Colonies.[15]

Les Prêtres et Prêtresses

Elosha, prêtresse, amie et confidente de la présidente Roslin (LSR : En route pour Kobol, 1re partie)

Laura Roslin prête allégeance pour la présidence sous l'égide d'une prêtresse[16], Elosha, qui officie comme conseillère dans l'administration Roslin. Les prêtres président aussi les cérémonies funéraires militaires, sans tenir compte des croyances de ceux qui sont décédés.

Les prêtres dans les Douze Colonies n'ont pas obligation de célibat et les deux sexes peuvent exercer cette fonction. Le chef Galen Tyrol déclare que son père était un prêtre et que sa mère était un oracle (LSR : Résistance).[17]

Selon Billy Keikeya, certains prêtres utilisent du chamalla pour ses propriétés hallucinogènes. Les rêves divinatoires qu'il fait faire à Laura Roslin font penser que la Pythie, une prophétesse antique, a dû utiliser un produit similaire. Les oracles utilisent aussi la drogue.

Les Frères

Le terme « Frère » est utilisé comme titre pour les membres de sexe masculin du clergé, quoiqu'il ne soit pas certain que sa fonction soit similaire à celle d'un moine ou d'un diacre. Comme les prêtres, un frère peut être consulté et aussi conduire des prières.

Le seul exemple de Frère de ce clergé est le Frère Cavil, qui guide le chef Tyrol.

Cavil est cependant révélé comme étant un Cylon humanoïde quelque temps plus tard. À cause de la nature de Cavil, on peut avoir des doutes si Cavil est le bon exemple de Frère au sein de la religion coloniale.

Il est possible que les Frères soient des laïcs du clergé, contrairement aux prêtres et aux oracles, qui semblent avoir un statut aussi bien politique que religieux.

Les Sœurs

La Sœur Tivana (à droite) lors d'une cérémonie de dédicace (LSR : Battlestar Galactica: The Resistance, webisode n°10)

De la même façon qu'il y a des Frères dans le clergé, il y a aussi des « Sœurs ».

La Sœur Tivenan est brièvement vue essayer de marchander dans le temple de la Nouvelle Caprica, guidant la prière, et conduisant une cérémonie de dédicace pour le fils nouveau-né de Galen et Cally Tyrol (LSR : Battlestar Galactica: The Resistance).

Il est tout à fait probable que comme les Frères, les Sœurs soient des laïques du clergé.

Les Oracles

L'oracle Yolanda Brenn (LSR : Ouragan)

On ne sait pas grand-choses sur les fonctions religieuses des oracles. Dodona Selloi (voir sa photo plus haut) est l'une des deux oracles vues. Elle confirme les rêves d'une copie de Numéro Trois ainsi que l'existence d'Hera. Il n'est pas certain que Selloi est assise dans une tente servant de temple, mais celle-ci possède de nombreux ornements ainsi que des inscriptions curieuses autour et dedans qui identifient la présence de la tente de l'oracle ou sa présence. Un deuxième oracle, Yolanda Brenn donne des conseils à Kara Thrace sur son rêve étrange à bord de Galactica (LSR : Ouragan).

Les prêtres et les oracles sont ce qu'ils sont certainement du fait d'une possible affinité héritée et/ou personnelle à ressentir des changements ou des conditions spirituelles. Galen Tyrol, qui pensait être le fils d'un prêtre et d'une oracle, détecte la présence et finit par trouver le Temple des Cinq sans aucune aide extérieure, uniquement grâce à ses sens, détectant visiblement le temple caché sur la planète aux algues alors qu'on ne pouvait pas le remarquer (et que cela n'était pas documenté) (LSR : L'Œil de Jupiter). Cependant, il est révélé plus tard qu'il est en fait un Cylon humanoïde, l'un Cinq Derniers, et qu'il a visité ce site auparavant.

Une connexion avec les Cylons

Tantis que les Cylons humanoïdes montre une croyance ferme et stricte envers un Dieu monothéiste, qualifiant même les Seigneurs de Kobol de « fausses idoles », une connexion entre le Dieu cylon et les Seigneurs de Kobol, pourrait exister. Durant l'occupation des Cylons sur la Nouvelle Caprica, un oracle dit au Numéro Trois (qui a un rève de la tente de l'oracle et qui tient dans ses bras l'enfant hybride présumé décédé Hera) qu'elle a un message de la part de celui qu'adore cette Numéro Trois (LSR : Exodus, 2e partie). Ceci pose la question de savoir comment un oracle des Seigneurs de Kobol est capable d'entendre les message du Dieu cylon.

Le Temple des Cinq qu'un Numéro Trois utilise pour visualiser les identités des « Cinq Derniers » n'a pas été construit pour les Cylons (qui n'ont été créés que 4 000 ans plus tard) mais pour les humains. D'après les Rouleaux Sacrés, le temple fut construit pour les cinq prêtres qui adoraient « Celui dont le Nom ne pouvait être prononcé ». Il n'est pas clair s'il s'agissait du fameux « dieu jaloux » rejeté ou d'un autre membre déchu des Seigneurs de Kobol.[18]

Kara Thrace accomplit sa destinée, d'abord par les paroles d'un modèle de Leoben Conoy et plus tard, dans une sorte de rêve, au travers d'une entité qui prend l'apparence de Leoben, mais elle n'est pas un Cylon. De morte qu'elle était, Thrace retourne vers la Flotte, n'étant pas une illusion, mais bien ressuscitée - quelque chose avant Thrace, que seuls les Cylons humanoïdes pouvaient faire.

Notes et références

Notes

  • Dans un podcast, RDM mentionna qu'il était prévu qu'il y ait beaucoup de divisions sectaires et de dénominations religieuses dans la société coloniale, allant de la secte d'Athena plus hellénique, aux formes d'adoration bouddhiques ou hindous, comprenant aussi des minorités monothéistes. Le mithraïsme est de toute évidence l'une de ces minorités de croyance, similaire à la religion minoritaire mithraïque de l'époque romaine. Cette diversité n'est pas montrée totalement à cause des contraintes de temps, mais sera mis plus en valeur dans Caprica.
  • Il semble que la société coloniale protège la liberté de culte et encourage la diversité religieuse jusqu'à un certain point. Cependant, certaines organisation monothéiste comme les Soldats de l'Unique et la Secte de Baltar sont ouvertement anti-polythéistes et certains polythéistes convaincus comme Jordan Duram font exception contre la doctrine du monothéisme.
  • Le rite funéraire tauron (CAP : Il y a un autre ciel) copie le rite de la Grèce antique de placer une pièce sur la tête du défunt pour Charon, le passeur qui prend les âmes des morts pour traverser les fleuves du Styx et Acheron pour Hadès, le Royaume des Morts. L'idée de l'éternel retour « tout ceci est déjà arrivé, et arrivera à nouveau » est fortement présent dans différentes formes de l'hindouisme qui voit l'univers sous la forme d'un cycle. L’utilisation des oracles et des figures de divinités reflète beaucoup de religions indo-européennes historiques allant de la Grèce antique aux Hindous, ainsi que dans différentes pratiques shamaniques. De plus, les prêtre des Seigneurs de Kobol portent différents vêtement indiquant au passage différentes castes similaires au protestants/catholiques/orthodoxes dans la Chrétienté.
  • L'utilisation des noms de certains dieux païens du monde réel comme noms personnels (comme l'Odin germanique) comme la présence des noms interchangeables gréco-romains pour les mêmes dieux en fonction de la langue. Différentes colonies peuvent appeler les mêmes Seigneurs de Kobol d'après leur langue natale comme le Tyr germanique, le Jupiter romain, le père Zeus grec, le Pita Deus indien. Enfin, il est possible que certains polythéistes des colonies adorent ensemble un panthéon différent, où incluent l'adoration d'autres dieux avec les douze Seigneurs de Kobol, comme il existe les Titans et les Olympiens dans la religion grecque, Asir et Vanir dans la religion germanique ou encore Deva et Asuras dans la religion Hindoue.
  • La chute de la blague que Tom Zarek raconte à Racetrack lorsque qu'il est escorté depuis le pont d'envol dans Bain de sang suggère que la pédophilie pratiquée par des prêtres a peut-être été un problème du clergé des Douze Colonies, similaire aux histoires et autres allégations impliquant l'Église catholique romaine.

Références

  1. Les divinités Coloniales ressemblent aux dieux de l'Olympe de la mythologie grecque du monde réel.
  2. Cette réplique est un hommage à la Série Originale, dans laquelle chaque épisode (dans la V.O.) débutait en voix-off par cette phrase. La version française de la Série Originale a un texte totalement différent à l'exception du pilote.
  3. Aurore est la contrepartie romaine de la déesse grecque Éos, l'une des Titanides. Étant donné que les Seigneurs de Kobol sont calqués sur le canon olympien cependant, ceci pourrait indiquer qu'elle ne fait pas partie des Seigneurs, mais qu'elle appartient à un autre groupe de divinités.
  4. Curieusement, Laura Roslin mentionne que le 134e jour de l'occupation cylone de la Nouvelle Caprica est le jour de Mars (LSR : Mission suicide), suggérant que Ares peut être aussi appelé selon le nom du panthéon romain. Cela se produit une nouvelle fois dans Le Passage lorsque Zeus est appelé du nom de sa contrepartie romaine.
  5. Il s'agit d'un parallèle direct avec les Champs Élysées de la mythologie grecque, une partie du royaume des morts correspondant aux « cieux ». L'image d'un ferry traversant un fleuve est aussi un parallèle au Styx.
  6. Il y a une notion dans les cercles des fans qu'il existe douze seigneurs de Kobol en analogie aux douze modèles cylons, aux Douze Colonies et peut-être même aux douze dieux de l'Olympe de la mythologie grecque. Un post dans le blog de Ron D. Moore du 12 mars 2005 fait vaguement référence à cette coïncidence, mais il n'y a pas eu de source officielle supplémentaire à ce sujet.
  7. D'après une scène supprimée de À la recherche de la Terre, 1re partie.
  8. Dans la mythologie grecque, la demeure des dieux sur Terre se trouvait dans les plus hautes montagnes de Grèce, le mont Olympe, à des temps où l'ascension de la montagne était quasiment impossible avec les moyens technologiques de l'époque.
  9. D'un autre côté, selon le poème grec ancien Théogonie de Hésiode, les dieux vivaient ensemble avec l'humanité jusqu'à la ruse de Prométhée à Mékoné, suite à laquelle ils demeurèrent exclusivement sur le mont Olympe et les humains exclusivement sur la Terre. Il se peut alors qu'un certaine transgression a fait que les Seigneurs de Kobol et l'humanité on pris des chemins différents.
  10. Lors d'une brève allocution avant la projection de De chair et de sang, Ron Moore révéla qu'il a « piqué » cette ligne dans la présentation de la version animée Disney de Peter Pan (présentation 1re partie et 2e partie).
  11. Cette pratique ressemble à la pratique catholique romaine qui consiste à prier Marie, mère de Jésus. Bien que Marie soit humaine, les croyants catholiques pensent que, en priant Marie, celle-ci pourra intercéder en leur faveur et obtenir l'exaucement de leur prière par la Trinité chrétienne, la tête divine de la foi catholique romaine
  12. Ces robes peuvent rappeler aux spectateurs les habits traditionnels des Juifs hassidiques, les clercs musulmans ou orthodoxes de l'Est de la Terre du monde réel.
  13. La langue dans laquelle elle chante est du Sanskrit, une langue classique du monde réel parlée par les peuples hindous et indiens. Pour la signification des versets qu'elle chante, voir l'article sur les langages dans les Douze Colonies.
  14. La mention de la prière concernant le fait que « le corps retourne à la poussière d'où il a été tiré » fait écho au passage biblique du livre de la Genèse ch. 3 v. 19 qui dit: C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. (version Louis Segond 1910)
  15. Ceci diffère des États-Unis, dont le gouvernement est basé sur la tolérance religieuse basée sur la séparation des pratiques religieuses et de la législature. Alors que la Terre du monde réel pratique énormément de religions, les Douze Colonies en comparaison, semblent avoir une seule religion et de ce fait souffre très peu des schismes ou des autres groupes religieux, bien que les Geminiens semble montrer une facette différente sur leur manière d'interpréter les écrits religieux.
  16. Dans Bain de sang, Baltar se réfère à Elosha sous le titre de « prêtresse Elosha », indiquant que la fonction de prêtre possède aussi un titre féminin.
  17. Les renseignements de Galen Tyrol sont peut-être faussés du fait de la révélation qu'il est un Cylon (LSR : Croisements, 2e partie).
  18. Bien que la notion de Seigneur déchu est spéculative dans la Série Réinventée, il existe malgré tout un parallèle avec certains personnages de la Série Originale : les Êtres de lumière et leur membre déchu, Iblis. Ron D. Moore cependant, a déclaré dans plusieurs interviews qu'il n'avait pas prévu d'utiliser ce concept de la Série Originale dans la Série Réinventée.